Comment lire l’étiquette d’un produit cosmétique et reconnaitre les ingrédients les plus dangereux

Aucune indication n’est donnée sur la possible toxicité des ingrédients cités sur cette fameuse étiquette. Le consommateur n’a donc aucun moyen d’évaluer le « danger » du produit qu’il achète.
L’étiquette sur vos pots de crèmes vous dit quoi?

Le classement de tous les ingrédients (ou presque) utilisés dans la composition est obligatoire et se présentent par ordre décroissant de poids. À noter également, l’utilisation d’un symbole sur l’emballage de la plupart des produits: un dessin de pot de crème ouvert sur lequel est indiqué « 12M », pour une fois ouvert, le produit se conserve douze mois. Il avertit le consommateur de la date limite de consommation du produit une fois ouvert. Le consommateur peut connaître l’exacte composition du produit qu’il achète et le temps qu’il a, à partir du jour de l’ouverture, pour le consommer.

Une loupe, une compréhension du latin et une dose de motivation sont nécessaires quand l’utilisateur veut lire les ingrédients inscrits dans la composition de ses produits de beauté! De plus, aucune indication n’est donnée sur la possible toxicité des ingrédients cités sur cette fameuse étiquette. Le consommateur n’a donc aucun moyen d’évaluer le « danger » du produit qu’il achète. La législation actuelle laisse beaucoup d’échappatoires aux fabricants vis-à-vis de la protection de la santé publique et aussi de l’environnement.

Voici une liste des ingrédients toxiques pouvant se retrouver dans vos produits d’usage courant:

Parabènes, isothiazolinones, ou le formaldéhyde ; le triclosan comme agent anti-bactérien et désinfectant dans les dentifrices ; les benzophénones, les salicylates… comme écrans solaires ; les teintures dérivées des goudrons;  les amines aromatiques ; les siloxanes ; les phtalates (toutes) : le DEHP et le DBP sont les plus dangereux et sont classés toxiques pour la reproduction.

Le Bisphénol-A bisphénol-A BPA; Alkylphénols octylphénolOP et éthoxylates nonylphénol NP d’alkylphénols éthoxylates d’octylphénol OPEO éthoxylates de nonylphénol NPEO. Les alkylphénols et éthoxylates d’alkylphénol;  le nonylphénol : il pourrait également altérer le sperme et provoquer des atteintes à l’ADN*. Les composés de muscs artificiels : ils contribuent à la fragrance* des produits parfumés. Les muscs nitrés voient leur production en déclin du fait d’une reconnaissance de leur nocivité pour l’environnement et la santé.

La liste des 12 ingrédients à éviter selon Dr David Suzuki

1

BHA et BHT

Se retrouvent dans les produits hydratants, le maquillage et d’autres produits et sont suspectés d’interférer avec les fonctions hormonales et d’être cancérigène (BHA). Nocifs pour les poissons et la faune.

2

Les colorants dérivés du goudron de houille

Soyez à l’affût du P-PHENYLENEDIAMINE et des colorants identifiés par « CI » suivi de cinq chiffres. La p-phénylènediamine est utilisée dans certaines teintures pour cheveux; d’autres couleurs sont employées dans de nombreux produits cosmétiques. Ils pourraient être cancérigènes et contenir des métaux lourds toxiques pour le cerveau.

3

Les ingrédients reliés au DEA

Soyez à l’affût du COCAMIDE DEA et LAURAMIDE DEA. Se retrouvent dans les cosmétiques crémeux et moussants tels que les produits hydratants et shampooings. Ils peuvent réagir avec d’autres substances et former des nitrosamines cancérigènes. Nocifs pour les poissons et la faune.

4

DIBUTYL PHTHALATE

Le phtalate de dibutyle est utilisé comme plastifiant dans les produits pour les ongles. Il est considéré comme toxique pour la reproduction et suspecté d’interférer avec la fonction hormonale. Nocif pour les poissons et la faune.

5

Les libérateurs de formaldéhyde

Soyez à l’affût du DMDM HYDANTOIN, DIAZOLIDINYL UREA, IMIDAZOLIDINYL UREA, METHENAMINE, METHYLISOTHIAZOLINONE et QUARTERNIUM-15. Ces agents de conservation sont utilisés dans une large gamme de produits cosmétiques. Ils libèrent de façon lente et continue de petites quantités de formaldéhyde, substance cancérigène.

6

Les parabènes

Soyez à l’affût des ingrédients se terminant par « PARABEN ». Ils sont largement utilisés comme agents de conservation. Ils sont considérés comme perturbateurs endocriniens et pourraient interférer avec les fonctions reproductrices mâles.

7

PARFUM

Mixture de produits chimiques qui peuvent déclencher des allergies et de l’asthme, certains sont associés au cancer et à l’intoxication des neurones. Nocif pour les poissons et la faune.

8

Les PEG

Utilisé dans certaines bases de crèmes cosmétiques. Il peut contenir du 1,4-dioxane, potentiellement cancérigène. (par ex. le PEG-60).

9

Pétrolatum

Utilisé dans certains produits capillaires pour la brillance et en tant que barrière hydratante dans des baumes pour lèvres, rouges à lèvres et produits hydratants. Produit pétrochimique pouvant contenir des impuretés cancérigènes.

10

Les siloxanes

Soyez à l’affût des ingrédients se terminant par « SILOXANE » « CONE». Ils sont utilisés dans les produits cosmétiques pour assouplir, lisser et humidifier. Le cyclotetrasiloxane est considéré comme perturbateur endocrinien et substance potentiellement toxique pour la reproduction. Nocif pour les poissons et la faune.

11

SODIUM LAURETH SULFATE

Se retrouvent dans les produits moussants tels que les shampoings, nettoyants et produits pour le bain. Il peut contenir du 1,4-dioxane, potentiellement cancérigène.

12

Triclosan

Se retrouve dans les produits antibactériens tels que le dentifrice, le savon, les désinfectants pour les mains. Il est suspecté d’interférer avec la fonction hormonale et de contribuer à la bactérie qui résiste aux antibiotiques. Nocif pour les poissons et la faune.

Attention quand vous lisez parfum ou fragrance sur vos cosmétiques, voyez pourquoi

Parfum ou fragrance c’est un large terme qui sert de camoufflage pour les fabricants qui sont tenus de déclarer tous les ingrédients sur l’étiquette de leurs produits. Au Canada comme aux États-Unis, à part les phtalates, les fabricants de cosmétiques peuvent légalement inclure certains chimiques dans leurs produits, mais sont tenus d’en faire mention sur l’étiquette. Maintenant, on ignore la sorte et la quantité utilisée surtout quand on parle de parfum ou de fragrance.

Les parfums, les plus faciles à identifier mais les plus consommés

Selon La fondation David Suzuki, plus de 3000 produits chimiques sont utilisés comme ingrédients de fragrance dans les produits d’hygiène et de beauté. Les lois sur l’étiquettage oblige les fabricants à inscrire la liste complète INCI de leurs ingrédients, cependant, certaines composantes peuvent être regroupées sous un nom générique, c’est le cas du  (parfum) ou fragrance dont les ingrédients synthétiques sont non identifiables.

Sous ce générique parfum se cache une dizaines de substances toxiques que les fabricants dissimulent. Les substances parfumées constituent l’une des causes principale de la dermite de contact, s’en suis de l’asthme, la fibromyalgie et le syndrome de fatigue chronique.

Plus de 4000 nouveaux produits sont commercialisés chaque année au Canada. Dans ce contexte, il est difficile pour Santé Canada d’en évaluer rapidement l’innocuité, il n’en tiens qu’à vous de faire votre devoir.

La nature fait vendre

Malheureusement, la Nature fait vendre… Attention aux discours marketing présents sur les étiquettes des produits de beauté dits naturels, sous les arguments « Nature », « Artisanat et tradition », « technologie de pointe » ou alors le nom d’usage contient un mot naturel. Après un examen approfondi de la composition de ces produits, vendus en supermarchés, en magasins spécialisés ou pharmacies, il ressort que la grande majorité des marques mettant ces arguments en valeur utilisent des composants chimiques de synthèse potentiellement dangereux pour notre santé.

Il est donc important que le premier réflexe lors du désir d’acheter des produits cosmétiques soit la lecture attentive de leurs compositions. N’hésitez pas également de contacter les fabricants pour les questionner sur la présence éventuelle de ces substances, leur adresse devant impérativement apparaître sur les emballages des produits. Enfin, manifestez votre volonté de voir disparaître les substances dangereuses de vos produits en collant des autocollants (disponibles sur demande au siège de Greenpeace) sur leurs emballages, directement sur place dans les rayons. Oserez-vous le faire?

Les principaux délateurs des produits nocifs pour la vie sont, Dr David Suzuki, Greenpeace (guide cosmétox), notreplanète.info.

Pour les plus environnementalistes : liste OSPAR (Oslo Paris) qui définit les substances prioritaires à éliminer pour la protection de l’environnement marin Atlantique.

David Suzuki: http://www.davidsuzuki.org/fr/

Nathalie Forget ND.A.

Conférencière et coach en entrepreneuriat féminin